Chronique : Divergente 2 : L’insurrection : Le livre vs. le film !

Tout d’abord, je vous mets en garde: cet article essaie de minimiser les spoilers au maximum, néanmoins vous comprendrez bien qu’il est nécessaire de parler de la trame générale de l’histoire. Si vous souhaitez que le film soit une totale découverte, attendez avant de lire ce qui suit. Sinon, foncez!  

Version Originale. Katherine Tegen Books. $12

Dans Insurgent, on retrouve donc notre héroïne Tris, accompagnée de Tobias, à l’exact moment on nous les avons quitté à la fin du premier tome, essayant de se reconstruire après le massacre de la faction des Altruistes. Cependant, leur répit ne sera pas bien long car le conflit persiste entre les factions, et Jeannine, leader des Erudits, semble réserver un sort bien précis à Tris.

Ce qui est pour moi le véritable point fort de ce deuxième tome, c’est que l’on découvre les autres factions. Le tome 1 s’était concentré sur les factions des Altruistes et des Audacieux. Maintenant, on en sait un peut plus sur les factions des Erudits, des Sincères et des Fraternels.  C’est le cas également pour les autres personnages: si vous commencez déjà à vous lasser des scènes entre Tris et Tobias (on vous comprend), on se rattrape en en apprenant plus sur les personnages secondaires, tels que Peter, Caleb, Tori…

Par ailleurs, c’est un livre du type best-seller, un livre qui doit pouvoir se lire vite, et nous donner envie de lire jusqu’au bout, et il a ces qualités-là: le savant dosage entre les moments d’action et les moments plus calmes donne un bon rythme à l’histoire. Seul petit bémol: un développement un peu long – on veut des réponses qui ne viennent pas, on perd presque patience, les indices sont bien placés mais en toute petit dose -, jusqu’à la fin bluffante qui nous réconcilie totalement avec le livre, et qui est une très bonne transition entre le tome 2 et le tome final.

Quant au personnage de Tris, il évolue lors de ce second opus. On est content d’avoir un personnage réaliste dans le sens ou elle a des faiblesses, c’est une héroïne avant tout humaine qui manque à de nombreuses reprises de s’effondrer. Mais attention à ne pas en faire trop, à entrer dans le pathétique et la plainte (la fille qui prend des risques inconsidérés alors qu’elle se morfond le reste du temps …) L’évolution du personnage est très intelligente, mais aurait peut être mérité d’être un peu plus implicite. C’est une caractéristique qui est absente dans le film, où on voit le personnage de Tris tout à fait brisé par ce qui s’est passé dans le premier volet, mais qui prend davantage sur elle-même. Après, la faire brandir une arme pendant la moitié du film, alors que la Tris du livre en est presque incapable, c’était peut-être un peu trop…

152985Mais parlons-en, du film. Il est essentiel de dire qu’il y a beaucoup de changements opérés dans cette adaptation cinématographique. Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire la liste de tout ce qui n’est pas respecté à la lettre, l’important étant surtout de savoir ce que ces changements apportent ou enlèvent à l’histoire.

Comme bien souvent dans les adaptations de livres, le film est quelque peu « filtré »: des scènes regroupées, des personnages plus manichéens, ou bien passés sous silence. Dans Divergente 2: L’Insurrection, les personnages et leurs relations mutuelles ont été simplifiées. Un de mes plus grands regrets est la quasi totale absence de Marcus, père de Tobias, leader des Altruistes: très présent dans le livre, on n’a pas pu apprécier la complexité de son personnage dans le film. En revanche, j’ai adoré le personnage de Peter qui nous fait souvent sourire (même s’il apparait du coup comme un personnage assez léger par rapport au personnage du roman). Enfin, dans le livre, la relation entre Tris et Tobias semble beaucoup plus complexe, délicate, et donc réaliste, et il est dommage de ne pas avoir montré, dans le film, que tout n’était pas toujours rose entre eux.

En ce qui concerne la progression de l’histoire, on a d’abord l’impression d’un film qui à du mal à se lancer, qui donne beaucoup d’informations dès le début (c’est-à-dire des informations qu’on apprend bien plus tard dans le livre!), mais plus l’histoire avance, plus elle parait structurée; plus que dans le roman, d’ailleurs. Les scènes de simulations sont plus cohérentes, l’histoire semble suivre un but clair. La trame narrative n’est pas complètement respectée, mais c’est un changement majeur dans l’adaptation que je salue, car il nous permet de redécouvrir l’histoire, en quelque sorte. Par ailleurs, les scènes de simulations sont génialissimes, comme tout l’aspect visuel du film. Le seul moment où j’ai vraiment tiqué, c’est la scène du « procès » (ok ok, je n’en dirai pas plus!) que j’avais adoré dans le livre, et qui ne m’a bizarrement pas touchée dans le film, car peut-être un peu trop rapide.

Enfin, si je devais ajouter un dernier point de comparaison, je dirais que le livre m’a semblé plus sombre que le film, notamment en ce qui concerne les scènes de combat et les morts – ou peut-être est-ce juste la force que les mots opèrent sur l’imagination?

Bref, un bon film adapté d’un bon livre; des changements nécessaires à toute adaptation, des choix plus ou moins judicieux, mais un agréable moment à passer dans les deux cas!  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s